Le.la Managé·e toxique, vous connaissez!?… 😲

Cet article traite du meilleur du pire de la vie du Manager…

Dans l’univers professionnel, la toxicité ne se cantonne pas uniquement qu’aux managers. À vrai dire, un·e managé·e toxique peut s’avérer tout aussi, sinon plus, destructeur·rice pour l’ambiance et la productivité d’une équipe. Aujourd’hui, explorons ce phénomène souvent sous-estimé, avec un soupçon d’humour sarcastique pour relever notre propos. 🎭

Smart people learn from everything and everyone, average people from their experiences, stupid people already have all the answers.

Qu’est-ce qu’un·e Managé·e toxique ?

Tout comme le·a manager toxique, le·a managé·e toxique peut empoisonner l’environnement de travail, mais d’une manière plus insidieuse. Dissimulé·e derrière un masque de conformité, ce·tte type de collaborateur·trice peut miner l’esprit d’équipe et la dynamique productive avec des comportements négatifs : sabotage, médisance, ou même manipulation des perceptions au sein de l’équipe. Pensez à un·e agent·e secret·e de la démoralisation, agissant·e avec une subtilité qui est censée être discrète, mais qui est souvent aussi évidente que les intrigues dramatiques dans un épisode de ‘RuPaul’s Drag Race’.🕵️‍♂️🎭

Le managé·e toxique vs. le manager toxique

Alors que le·a manager toxique a le pouvoir hiérarchique et peut affecter directement le bien-être de ses subordonné·es, le managé·e toxique, lui·elle, préfère les coulisses. Il·Elle peut propager des rumeurs pour déstabiliser ses collègues ou adopter une résistance passive-agressive face aux directives du management. Ces tactiques, souvent plus difficiles à repérer qu’un pickpocket des pays de l’Est dans le métro, peuvent détruire l’harmonie d’une équipe avec une efficacité redoutable 💣👗.

Comment identifier un·e managé·e toxique ?

Reconnaître un·e managé·e toxique nécessite une observation aussi attentive que celle d’un·e jury lors d’une finale de Miss France.

Voici quelques signaux d’alerte :

  • Isolation : Ils·Elles peuvent isoler certaines personnes en répandant des doutes sur leur compétence ou leur caractère, un peu comme s’ils·elles organisaient leur propre version de « Survivor » au bureau.
  • Victimisation : Se présentant souvent comme des victimes d’injustices, ils·elles manipulent la sympathie des autres, rivalisant avec les meilleures télénovelas mexicaines (et dieu sait qu’elles sont si redoutables qu’elles s’exportent dans toute l’Amérique latine!). 😢📺
  • Non-coopération : Ils·Elles peuvent saboter les efforts collectifs, prétextant des incompréhensions ou des désaccords avec les méthodes employées, un peu comme votre ex belle-mère lors de votre dernier repas de Noël dans la famille de votre ex (lui·elle aussi un·e peu comme sa mère). 😱

Le managé.e toxique a souvent besoin d’être conforté.e dans sa vision des choses, recherchant un constant « oui, tu as raison » pour se sentir validé.e dans ses actions. Il.elle peut aussi venir vers vous pour confirmer des événements passés, afin de construire son récit et de saper subtilement la réalité collective.

Ce genre de personne compte systématiquement les points, prenant des notes minutieuses pour pouvoir ressortir les faits à sa sauce lors de situations contentieuses. Il.elle a également un besoin incessant que l’on s’intéresse à sa vie, voulant être perçu.e comme le.la meilleur.e, même s’il.elle est le dernier arrivé.e dans le service. Sa stratégie de faire ami.e-ami.e avec tout le monde cache souvent un stratégie d’influencer pour manipuler.

Quelles stratégies pour gérer un·e managé·e toxique ?

  1. Adoptez un communication claire et ouverte : Encouragez une communication transparente au sein de l’équipe, où chacun·e peut exprimer ses préoccupations sans crainte de répercussions — pensez à des réunions aussi ouverte que votre meilleur·e pote sur Tinder (dans une moindre mesure peut-être).
  2. Pensez à actionner la formation et la sensibilisation : Investissez dans la formation sur la dynamique des équipes et la gestion des conflits pour renforcer la cohésion et la résilience de l’équipe. C’est un peu comme investir dans un coach vocal pour Aya N avant sa prochaine réincarnation en Edith Piaf aux prochains JO de Paris…un bon coach peut vraiment faire bouger les lignes!
  3. Faites des feedback constructifs et réguliers : Offrez un retour régulier, tant positif que correctif, pour guider les comportements vers une collaboration plus saine, équilibrant critiques et encouragements — comme celui que vous feriez à Capucine, votre bestie du boulot, qui a fait du gringue au mec de l’IT parce qu’il lui a réparé son PC après le 3ème ticket d’incident en 2 jours. Heureusement l’incident en question avait pu être réglé après avoir appliqué cette fameuse procédure que personne ne fait, mais qui marche à tous les coups : « éteindre et rallumer le PC ». Bref, les feedbacks constructifs et réguliers vous permettront de maîtriser le cadre que vous souhaitez mettre et recadrer au cas échéant.

Et après ?

Si vous avez reconnu certains de ces comportements au sein de votre équipe, ou si cet article résonne avec vos expériences, partagez-le pour sensibiliser davantage de personnes à cette problématique délicate mais cruciale dans le fonctionnement d’une équipe.

Et n’oubliez pas de vous abonner à notre newsletter et d’envoyer cet article à au moins 1 personne toxique autour de vous 🤡

Avez-vous déjà fait face à ce type d’expérience !? Allez, dites-nous tout ! Comment avez-vous géré la situation ?

Recruter. Développer. Transformer.

© 2024 Persona – Réalisation  bimbam.agency